Difficulté à s’engager dans la thérapie pour les victimes de pervers narcissique durant l’enfance.

Les victimes de PN durant l’enfance ont des difficultés à s’engager dans une thérapie, car suite à la non construction de l’identité, il y a une peur que le thérapeute donne de nouvelles consignes de vie alors que la victime a déjà eu à subir les conséquences de consigne stricte. De plus il y a une confiance à établir avec le thérapeute alors que toute la survie s’est basée sur la capacité à ne pas faire confiance.

Les thérapies classiques sont grandement basées sur un retour vers soi, vers une situation du passé stable, ou sur des apprentissages aidant à se surpasser, alors que la victime du PN n’a jamais pu construire le soi et n’a jamais connu une situation stable. Il y a une peur d’éliminer les traumatismes, les anxiétés car les traumatismes et anxiétés sont les seules choses qui lui appartiennent. Du moins c’est comme cela que son identité lui apparaît car elles ont des ressources cachées dont elles se sont coupées pour les préserver. Ses ressources sont là, bien cachées, préservées.


Pour approfondir le sujet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *